• Accueil des réfugiés

    Question orale lors du conseil municipal du 18 sept 2015

    Monsieur le Maire, Après tant de naufrages en Méditerranée et d’images de réfugiés désespérés fuyant la guerre et le chaos au péril de leur vie, il aura fallu la photo d’un enfant syrien de 3 ans mort sur une plage turque, pour provoquer un sursaut des consciences à travers l’Europe.

    Depuis des initiatives citoyennes se multiplient pour aider et héberger les réfugiés. Plusieurs responsables politiques et élus locaux français ont lancé des appels à la mobilisation en faveur des réfugiés fuyant les territoires en guerre de l’est et du sud de la Méditerranée. Le pape François a lancé un appel à toutes les communautés de l’Église catholique pour accueillir des familles, sans discrimination entre migrants économiques et réfugiés de guerres. La sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, , a diffusé la première une pétition, le 3 septembre, appelant le président français et le président de l’AMF à « organiser au plus vite une consultation des 36 000 maires de notre pays pour recenser les capacités et les propositions d’accueil ». Sa pétition a atteint 60 000 signatures en quelques heures.

    Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est adressé à l’ensemble des maires de France pour les inviter à se rendre samedi 12 septembre place Beauvau afin d’avoir une réunion de travail pour accueillir les réfugiés avec “organisation” et “méthode”. Vous avez déclaré à Var Matin que vous ne pouviez vous rendre à Paris mais que « Hyères assumera ses responsabilités pour accueillir, si nécessaire, des réfugiés ». Vous avez également dit que Hyères contribuerait dans des proportions conformes à ses possibilités mais surtout après que le gouvernement ait précisé les conditions d’accueil en terme de distinction migrants/réfugiés, de durée, d’accompagnement financier et d’insertion économique.

    Monsieur le Maire, en ce qui concerne la nécessité d’accueillir, agir vite et massivement n’est plus une option. L’Europe doit s’ouvrir aux réfugiés qui frappent à sa porte. C’est la seule réponse cohérente face à la tragédie. En effet, à rebours de ceux qui protestent déjà du caractère utopique d’une telle proposition, une réalité s’impose : tant que dureront les multiples conflits autour de la Méditerranée, nul discours de « fermeté » ni politique de fermeture ne retiendront les parents de Syrie ou d’ailleurs de fuir pour tenter de mettre leurs enfants à l’abri ; or tant que nous dresserons des obstacles à leur arrivée dans des conditions normales, ils continueront à mourir sur les plages et les routes d’Europe. Dès lors, ne pas aller à leur secours avant que le voyage ne leur soit fatal et ne pas leur garantir asile et protection comme la convention de Genève nous y oblige, est irresponsable et potentiellement criminel.

    Et pour les esprits chagrins, qui peut prétendre que l’Europe serait en péril en accueillant une population qui représente moins de 0,5% de ses habitants ?

    Aujourd’hui les Français sont majoritairement favorables à l’accueil de migrants et de réfugiés, une opinion qui a progressé de 9 points entre le début du mois de septembre et aujourd’hui.

    Monsieur le Maire, nous regrettons que personne du conseil municipal n’ait pu se joindre à la réunion de travail du 12 septembre à Paris. Nous espérons que cela n’aura pas empêché un rapprochement avec les services de l’Etat du Var et les autres communes du département. Si nous souhaitons comme vous que l’Etat donne un cadre et un soutien logistique, nous insistons auprès de vous pour ne pas attendre tout d’un Etat qu’à d’autres moments on trouvera trop interventionniste.
    La misère n’attend pas. Les hommes, les femmes et les enfants qui sont aujourd’hui à nos portes ont besoin tout de suite d’une main secourable.

    La société civile l’a bien compris qui s’est mobilisée et organisée sans attendre : des associations varoises, comme l’Union diaconale du Var, sont déjà au travail. Il est important que les politiques appuient, relaient, coordonnent ces initiatives.

    Monsieur le Maire, le Ministre de l’intérieur a été clair : seuls sont concernés par l’accueil des réfugiés les maires volontaires. L’Etat est pleinement mobilisé pour accompagner les initiatives.

    Allez-vous vous porter volontaire ? Et si oui, quelles initiatives allez-vous mettre en place ?
    Conformément à ses valeurs et la cohérence de son engagement notre Groupe apportera son soutien à toutes initiatives locales qui honorent la tradition d’accueil de la France.

    La Maire a eu l’occasion à plusieurs moment du conseil de répondre à cette question brûlante d’actualité, reprise également par le FN dans les termes “si le droit d’asile existe, le droit d’invasion n’existe pas”. Si Giran assure que la ville jouera son rôle, c’est seulement après que l’Etat ait donné le cadre, envisagé les aides etc… bref une attitude attentiste que j’ai dénoncée. Je n’ai pas trouvé le nom d’Hyères dans le réseau des villes solidaires.


Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *