• Conseil municipal du 22 mars 2016

    Au menu: l’adhésion à la Charte du Parc National de Port Cros, des études lancées pour l’OGS, une DSP pour un plagiste, Linky …

    Voilà, c’est fait: Hyères a adhéré à la Charte du Parc National de Port Cros (intervention de William Seemuller ici). Adhésion votée à l’unanimité. C’est une plus-value considérable pour notre territoire, à condition maintenant de mettre en œuvre les ambitions communes aux cœurs et à l’aire d’adhésion.  Avec l’OGS, pour laquelle des études sont lancées (dont une concernant la préservation du tombolo ouest), notre commune devrait avoir tous les atouts de son côté pour préserver et mettre en valeur son territoire exceptionnel. Encore faut-il que ce nouvel état habite chacune des prochaines délibérations… une vraie révolution des mentalités à mettre en œuvre, et là, ce n’est pas gagné! D’où mon intervention dans la délib suivante:

    DSP pour des activités de plagiste: revoilà l’ex – “Côté Mer”

    Monsieur le Maire,

    Les quelques remarques que j’ai à faire sur ce sujet ne concerne pas le choix du délégataire, même s’il y aurait beaucoup à dire* ; mais plutôt le contenu du contrat pour l’activité de plagiste.

    Nous venons de signer l’adhésion de la ville à la Charte du Parc National et cela nous engage dans notre façon de voir les choses et d’envisager l’aménagement de la commune. Vous l’avez dit dans la presse dernièrement : la Charte et l’OGS c’est une philosophie. Cette philosophie elle doit s’incarner, elle doit habiter notre façon de gérer la ville.

    Pour revenir au contrat de plagiste, vous avez choisi de noter à 70% la « qualité du projet ». Effectivement l’aspect qualitatif est primordial puisque qu’il s’agit, en accord avec la Charte du PN, de préserver le site et le paysage. Mais il me semble que certains aspects ont été oubliés.

    Parce que les activités de loisirs, comme la restauration de plage, ont un impact environnemental certain. Il ne s’agit donc pas seulement que le lieu soit esthétique, il doit aussi promouvoir le développement durable, faire preuve d’exemplarité dans ce domaine et participer à l’éducation du public :

    Par exemple en ce qui concerne la gestion des déchets : garantir un tri convenable, du verre en particulier qui n’est pas collecté sur place, mettre à disposition des cendriers de plage, sensibiliser le public au problème des sachets plastiques qui polluent gravement la mer.

    Ou encore dans le cadre de la restauration, promouvoir les produits frais, si possible locaux, et la pêche responsable

    En ce qui concerne l’accueil des handicapés, prévoir un accès à la mer et pas seulement à l’établissement

    Et pour les activités de loisirs, ne développer que des loisirs durables avec un volet éducation à l’environnement et au respect de la biodiversité.

    Bref, nous aurions aimé voir dans les obligations du délégataire des pratiques éco-responsables visant à réduire les impacts des activités sur l’environnement. Au lieu de quoi on ne trouve que les obligations ordinaires d’un plagiste ordinaire dans un lieu ordinaire.

    Vous nous avez déjà expliqué que vous n’avez pas voulu modifier l’avis d’appel public à la concurrence par rapport au premier, afin de ne pas changer les règles en cours de route quand cet appel cristallise des tensions, mais j’insiste cependant pour que soit dorénavant prise en compte notre adhésion à la Charte du PN. Il nous faut maintenant nous distinguer, sortir de l’ordinaire pour faire de notre territoire le territoire d’exception qu’il doit être. 

    Au final cependant nous aurions tout de même préféré que cet espace reste un espace public qui profite aux enfants de la ville pour des activités nautiques.

    *  Alors que le choix du délégataire n’a pas fait de vague en conseil, il est loin de faire consensus et le bruit court qu’il y aura des recours.

    Réponse du Maire: on peut toujours faire mieux mais le contrat parle des déchets, d’activités de loisirs non motorisées et il y aura un accès handicapé à la mer.

    Linky: question orale posée au Maire

    Monsieur le Député Maire,

    En application de l’article 6 du règlement intérieur, je souhaite lors du conseil municipal du 22 avril 2016, vous poser une question orale au nom du Groupe Agir pour Hyères au sujet de l’installation des compteurs Linky à Hyères.

    Linky est un compteur électrique de nouvelle génération, dit « communicant », qui permet de transmettre des informations et de recevoir des ordres à distance. Il est déployé par ERDF pour remplacer l’intégralité des compteurs du territoire français, pour la commune de Hyères le déploiement est prévu en 2017. D’autres compteurs communicants existent ou sont en développement : pour le gaz, l’eau, le chauffage. C’est la loi française (loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte) qui impose le déploiement de compteurs électriques communicants aux gestionnaires de réseaux : d’ici 2021 pour ERDF et d’ici 2025 pour GEG.

    Or on assiste depuis des mois à une importante controverse concernant ces compteurs, qui touche trois questions bien identifiées :

    1- le rapport service apporté/ investissement
    2- la protection des données personnelles
    3- le principe de précaution par rapport aux ondes électromagnétiques

    Dans la mesure où ces compteurs sont la propriété des collectivités locales, les citoyens ne manqueront pas de vous interpeller et nous nous faisons aujourd’hui leur porte-voix. Certaines communes, comme le Lavandou et Puget-Ville ont déjà fait voter en conseil municipal le refus du déploiement des compteurs Linky sur leur territoire.

    A tout le moins une information auprès de nos concitoyens nous parait nécessaire, de même qu’un débat pourrait être organisé afin de faire vivre la démocratie sur ce sujet.
    Il nous paraitrait également opportun d’élargir la question de la collecte automatique d’index des consommations (eau, gaz, électricité, réseau de chaleur…) afin d’éviter la mise en place de différents réseaux radios spécialisés (coûts de fonctionnement démultipliés, toujours plus d’ondes) et optimiser ainsi au niveau local les modes de gestion de ces services publics. Nous irions ainsi dans le sens de la loi du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques.

    Dans tous les cas, dans l’attente des résultats de l’étude de l’ANSES (prévue pour l’automne 2016) et surtout de l’étude indépendante et contradictoire promise par ERDF suite aux discussions dans le cadre d’une rencontre à l’Assemblée Nationale, un moratoire semble opportun afin de respecter le principe de précaution.

    Monsieur le Député-Maire, quelle est votre position sur ce sujet aujourd’hui hautement sensible ? Comment comptez-vous répondre aux inquiétudes légitimes des hyérois ?

    Réponse très synthétisée: l’installation des nouveaux compteurs est une obligation faite par la loi, Hyères ne rentrera pas en résistance.

     

    Post taggé dans , ,

Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *