• conseil municipal

    Conseil municipal du 28 oct 2016

    Concessions des plages, dont l’Almanarre, OAP des Salins et la SMS Barbesant (figurant au PLU), le projet Grand Site enfin révélé!

    Concessions des plages à proroger
    Le maire demande une prorogation des toutes les concessions des plages afin de  faire la soudure avec les nouvelles concessions qui sont à l’enquête publique. Si j’acquiesce pour les concessions du Ceinturon et des Salins, je refuse celles concernant l’Almanarre située sur le Grand Site. Encore seule sur une position pourtant validée par décisions de justice!

    Monsieur le Maire, la prorogation d’un an des lots se situant au sud de l’Almanarre n’appartiennent pas à la même logique que le Ceinturon et les Salins puisqu’elles ne sont pas appelées à être renouvelées. Suite aux décisions de justice datant de 2005 et 2008 ces concessions sont interdites sur le tombolo Ouest.
    On sait votre contrariété de cet état de fait, vous  en avez fait part de nombreuses fois.
    On le voit également à la lecture des différentes versions du projet de l’OGS :
    Dans l’avant-propos de la version 2015 on pouvait lire « la totalité des plages privées seront supprimées sur les tombolos Est et Ouest en dessous d’un axe correspondant à la route des marais ». Cette phrase n’apparait plus dans la version que vous nous soumettez aujourd’hui.

    Monsieur le Maire, je comprends que la plupart d’entre nous regrettons  les restaurants de plage, les pieds dans l’eau, et que chacun se dise que tout supprimer participe de l’écologie radicale, mais je voudrais vous convaincre, vous et mes collègues, qu’il nous faut changer de regard et si vous m’y autorisez j’aimerais vous expliquer pourquoi dans ce cas précis. Je ne désespère pas de me faire entendre.

    Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il faille « protéger et valoriser » la presqu’île, vous en parlez dans votre introduction du Projet du Grand Site. Mais la mise en valeur d’un patrimoine naturel commence d’abord et avant tout par sa préservation.
    Le tombolo ouest est le plus fragile, celui le plus soumis à l’érosion, privé d’apports sédimentaires. Je ne vous apprends rien : c’est écrit p 47 du Projet Grand Site : « la fréquentation implique des pressions et des désordres pour les milieux : … (dont) la fragilisation des cordons dunaires ». Ce restaurant est sur le cordon dunaire et son exploitation, ainsi que celle des matelas/parasols participent à sa fragilisation par les fameux « désordres pour les milieux » évoqués.

    De quels désordres s’agit-il?

    D’une façon générale, pour que les activités économiques de plages soient stables il faut que les plages le soient aussi et c’est là que le bât blesse : l’érosion des plages est une réalité que chacun peu hélas constater après chaque épisode climatique pluvieux un peu fort.  C’est pourquoi les contrats de concession font mention du rechargement en sable des plages, qui est à la charge du délégataire. Malgré la nécessité d’obtenir une autorisation et des règles quant à la qualité du sable, ces rechargements posent un problème écologique important.
    En effet, après l’eau, le sable est la ressource la plus utilisée sur la planète. Or, comme le pétrole, il n’est pas renouvelable à l’échelle humaine. Il faut des centaines de milliers d’années pour le générer. Le sable est donc rare et cher. Mettre en place des activités économiques qui vont rendre sa consommation obligatoire, fait de celles-ci des activités qui ne participent pas au développement durable.
    De plus, si toutes les règles n’étaient pas respectées (parce que le sable ad-hoc serait trop cher, ou introuvable à proximité), le sable ajouté repartirait rapidement à la mer, avec un risque d’étouffement pour les précieuses posidonies.

    Et nous arrivons là au deuxième problème environnemental d’importance : les banquettes de posidonie, que le délégataire va s’empresser d’enlever pour faire sa saison, alors qu’elles sont justement un rempart contre l’érosion. La boucle est bouclée, un cycle de dégradation s’installe, accentué par  l’élévation du niveau de la mer dû au changement climatique. A terme nos plages risquent fort de disparaitre.

    Voilà pourquoi les activités de plagistes, telles qu’elles sont pratiquées aujourd’hui, ne participent pas du développement durable.
    Voilà pourquoi il va nous falloir faire quelques sacrifices et renoncer au plaisir de manger au restaurant les pieds dans l’eau.

    Juste un dernier point, j’ai parlé d’un consensus autour de la notion de « préservation », mais il a aussi la « valorisation » des espaces naturels. Et c’est sans doute là que nos philosophies divergent. Quand moi je pense « mettre en valeur », « porter à la connaissance du public avec des objectifs de découverte, de sensibilisation à l’intérêt écologique du site », vous pensez peut-être  « valeur économique ».

    C’est pourquoi vous refusez finalement de renoncer aux concessions de plages sur le Grand Site, de Giens aux Salins. Je pense que vous faites un contre-sens préjudiciable à la philosophie d’un Grand Site, mais nous y reviendrons tout à l’heure.

    PLU: La Servitude de Mixité Sociale “Barbesant”

    Il s’agit de réaliser sur la voie Ritondale, au niveau du rond point Henri Petit, un programme locatif social de 61 logements. Il figure au PLU sous la dénomination SMS n°1.

    Monsieur la Maire, je suis profondément choquée que vous puissiez envisager de bâtir à cet endroit-là !

    Nous sommes sur une voie bruyante de catégorie 1, c’est à dire avec un niveau sonore de référence supérieur à 81db le jour et 76db la nuit, c’est énorme.
    Et c’est là que l’on veut faire vivre 61 familles (soit un peu moins de 200 personne) sous le prétexte qu’il faut des logements sociaux. A la pollution sonore s’ajoute bien sûr une piètre qualité de l’air. Je trouve choquant que l’on puisse décider d’installer des personnes dans un tel inconfort.

    D’autre part cet espace est une entrée de ville qui participe à la qualité paysagère de l’avenue Ritondale. Avec un immeuble de 5 étages, cette entrée de ville risque d’être défigurée.

    Le règlement du futur PLU a classé cette zone eu UD, avec une emprise au sol de 35% et une hauteur de 15M. Pourtant, au sud de cette SMS, ne se trouvent que les villas avec jardin.

    Même en éloignant autant que faire se peut cet immeuble de la route, nous aurons une verrue architecturale.

    Nous souhaitons que cette Servitude de Mixité Sociale  soit supprimée et que ce terrain garde sa destination de jardin public. C’est le seul usage que l’on peut en faire au vu de sa situation.

    PLU: l’Opération d’Aménagement Programmé aux Salins

    Monsieur le Maire, cette OAP nous parait surdimensionnée.
    Tout d’abord si nous sommes à cet endroit en zone de crue faible, comme l’indique la cartographie du TRI zones de crues , ce qui tout de même est étonnant car c’est un îlot dans la zone de crue forte, nous sommes cependant en zone de submersion moyenne. Est-il vraiment opportun et prudent de réaliser des logements dans ces conditions ?

    Autre problème, esthétique celui-là, les bâtiments auront 4 étages. On est dans la continuité du bétonnage du front de mer aux Salins dans cette zone UD. Je peux vous choquer en parlant de bétonnage quand il s’agit de la résidence Simone Berriau qui a un label patrimoine XXème, mais nous savons très bien qu’aujourd’hui il ne serait pas possible de faire sur le littoral de l’urbanisme comme dans les années 60.
    A quoi va ressembler l’entrée des salins avec un tel ensemble immobilier ? Même en face, du côté de la résidence Berriau, les immeubles en bord de route n’ont que 2 étages et sont dissimulés par la végétation. Il sera difficile d’en faire autant avec 4 étages.

    Et puis 208 logements c’est environ 600 personnes. Pour un village sans commerces, sans services publics, sans transports en commun efficaces, cela ressemble à de la relégation. Même si je ne doute pas que les habitants des Salins ait une vraie qualité de vie, mais c’est un choix de vie qui ne sera peut-être pas celui qu’auraient fait ceux qui bénéficieront des logements sociaux.

    Quant à l’école, même si aujourd’hui avec seulement une petite soixantaine d’élèves elle a encore quelque capacité d’accueil, pourra-t-elle à terme quadrupler son effectif en passant sans doute à plus de 200 élèves ?

    Monsieur le Maire, cette OAP est surdimensionnée, il faut diviser les chiffres par 2 pour en faire un projet qui puisse s’intégrer dans l’économie du village : 100 logements, 2 étages pour une intégration paysagère réussie. Et bien estimer les risques auquel ce quartier est confronté, entre crues et submersion marine. Dans l’Atlas des zones inondables mis à disposition par le Ministère de l’environnement, c’est l’ensemble des Salins qui sont dans le lit majeur du Gapeau.

    Approbation du projet Grand Site Presqu’île de Giens

    Monsieur le Maire, nous sommes bien sûr très heureux de voir ce document finalisé et nous l’approuverons volontiers. Nous souhaitons cependant vous faire part de quelques remarques.

    Quand je vous disais tout à l’heure que nos philosophies divergeaient à propos de la notion de « valorisation », j’en ai un autre exemple dans la façon dont le « tourisme durable » est envisagé dans le document. Il me semble qu’entre la version 2015 et celle de 2016, il y ait une perte d’ambition.

    Je m’explique : dans la version 2015 il était question de « sensibiliser les publics à la fragilité et à la rareté du site » et encore «  associer les structures touristiques à l’élaboration et la mise en œuvre d’un guide des bonnes pratiques environnementales et paysagères », certes on retrouve ces éléments dans la version 2016 dans l’orientation 2 « accueillir », sous le titre « organiser le tourisme durable », mais les fiches actions correspondantes, soient la 6 (justement celles des plages) et la 7 (qui concerne la promotion et la requalification de l’offre touristique) passent à côté de l’essentiel : l’accent est mis sur la qualité paysagère, l’esthétique des installations et  le niveau de confort offert. C’est bien mais ce n’est pas cela le tourisme durable. Le tourisme durable c’est un tourisme qui doit être supportable à long terme sur le plan écologique, tout en étant viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales. Les bonnes pratiques environnementales sont l’essence du tourisme durable, cela n’a rien à voir avec une montée en gamme de l’offre. De même la privatisation des espaces (je pense au hameau des Pesquiers), se heurte à l’éthique et au social.

    J’agite donc un chiffon pour attirer votre attention, non pas rouge mais vert : Quand on fait partie de l’espace d’adhésion à la Charte du Parc National de Port Cros, quand on met en place une OGS, on doit être exemplaire et aller dans le sens du développement durable. C’est ce qui fera la force et l’originalité de notre commune qui ne peut ni ne doit ressembler à ses voisines qui n’ont hélas pas la même ambition.

    Ensuite il manque à notre avis un élément fondamental dont dépend tout le reste ou presque : il n’est pas définit la capacité des îles si ce n’est le renvoi à une action prioritaire de la Charte du Parc qui est la définition de la capacité de charge. Qui va prendre ce problème à bras le corps et quand ?
    Parce que quand dans le journal municipal on se félicite d’une augmentation de la fréquentation de Porquerolles cet été, respectivement de 8 et 10 % pour les mois de juillet et août, on peut s’inquiéter de la volonté municipale de prendre en compte justement le tourisme durable.

    Enfin un détail qui n’en ait pas un : pour les parkings de délestage, seuls sont évoqués le Palyvestre et l’Almanarre, celui d’Arromanche ayant disparu puisqu’il est devenu au futur PLU une zone Nsl, c’est-à-dire pouvant recevoir des activités de loisirs. Peut-on savoir ce qui se prépare sur cet espace qui est une entrée du Grand Site ?

    Dans sa réponse le Maire a certifié que le parking de l’Arromanche gardait sa destination de parking. Nous avons pourtant vu dans le PLU qu’un projet de jeux aquatiques était à l’étude. Nous resterons vigilants sur ce dossier.


Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *