• Conseil municipal du 18 mai 2018

    Conseil municipal consacré aux questions d’actualités (lien à venir) et où je défends âprement les arbres de hautes tiges menacés de disparaître dans le jardin du Musée des Cultures et des Paysages.

    En commission précédent le conseil nous apprenons incidemment lors de la délibération concernant un appel à mission de maîtrise d’œuvre concernant le jardin de l’ancienne Banque de France, qu’il est envisagé de supprimer les deux arbres à hautes tiges. L’objectif étant de créer un jardin d’agrumes (il s’en trouve déjà sur le site), Gilles Clément ayant déjà été consulté.

    Monsieur le Maire,

    Vous connaissez notre position vis-à-vis de ce projet de Musée des Cultures et des Paysages, que nous estimons peu utile et onéreux dans un contexte économique global où chaque euro compte, surtout quand il s’agit d’argent public.

    Vous projetez aujourd’hui de faire voter une mission de maitrise d’œuvre pour réhabiliter le jardin et nous avons appris en commission que les deux arbres de hautes tiges de ce jardin étaient condamnés à disparaitre. Pour deux raisons nous a-t-on expliqué: ils sont devant la façade, empêchant ainsi une vue dégagée sur le bâtiment et ce ne sont pas les bonnes essences.

    Tous d’abord, ces arbres se trouvent à environ 5 à 6 mètres de la façade, leur ramure n’est pas volumineuse, ils n’obèrent en rien la visibilité de la façade.

    Ensuite il faudra qu’on nous explique en quoi les cyprès et les cèdres ne sont plus les bienvenus dans la ville. Mais je pense avoir l’explication : le projet de jardin serait orienté vers les agrumes, essences déjà présentes sur le site.

    Monsieur le Maire, nous trouvons que vous coupez les arbres avec beaucoup de légèreté.

    Les arbres sont nécessaires à la ville : ils agissent sur la qualité de l’air et ils jouent un rôle de climatiseur. En ces temps de réchauffement climatique les arbres sont un atout pour la ville. « Nous allons les remplacer » me direz-vous, mais les arbres ne peuvent pas être considérés comme du mobilier urbain ou comme un panneau publicitaire, les arbres sont vivants. Et la science aujourd’hui nous explique même qu’ils ont une vie sociale, en particulier grâce à leur réseau de racines : ils communiquent et ils prennent soin les uns des autres. Je vous invite à aller voir le film « L’intelligence des arbres » tiré du livre « La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben, forestier dont les observations ont été validées par des scientifiques. Allez voir ce film, il est passé au cinéma Olbia récemment, ou lisez le livre. Votre regard sur le vivant et les arbres va en être transformé !
    Les arbres méritent mieux que le piètre rôle de témoins pour une exposition à visée pédagogique, apporter une « scénographie » dites-vous, en adéquation avec celle du musée:  les arbres « ont droit à la diversité naturelle, à l’altérité, à l’esthétique, à la réflexion spirituelle, philosophique, poétique… », je cite « Du bon usage des arbres, un plaidoyer à l’attention des élus et des énarques » de  Francis HALLÉ, je vais d’ailleurs offrir le livre à Mr Carrassan, je sais que mon collègue sera touché par cette lecture.

    Monsieur le Maire, on ne coupe un arbre que s’il est malade ou dangereux. Ce cyprès et ce cèdre ne sont ni l’un ni l’autre. Ils existent et tant pis si ce fut une erreur de les mettre là, comme le dit mon collègue Mr Carrassan. Maintenant il nous faut l’assumer et réhabiliter ce jardin, qui mérite un toilettage, à partir de l’existant. C’est d’ailleurs ce que préconise le règlement de l’AVAP pour les jardins d’accompagnement : « maintenir les jardins dans l’esprit des dispositions d’origine qui les caractérisent selon l’époque et l’usage ». Ce règlement, il concerne bien aussi les espaces publics, rassurez moi !

    Et si nous devions avoir un discours basé sur le coût financier de l’opération, comment justifier une dépense de 418 000€  pour un jardin aux dimensions très modestes ? Est-ce parce que vous pensez la confier à Gilles Clément qui a déjà visité le site et vous a conseillé? Après l’architecte du Mucem, il nous faut le jardinier du Rayol… N’y aurait-il pas un brin de snobisme à vouloir ainsi notre lot de célébrités ? Je n’ai rien contre Gilles Clément, je n’en pense que du bien, mais que penser du montant de ces marchés comparé aux 139 000€ de la programmation 2018 du contrat de ville ? Est-ce raisonnable ? Est-ce seulement éthique ? Entre le prestige et le social, il semblerait que vous ayez choisi.

    Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous espérons que vous allez vous ressaisir. Nous vous demandons de renoncer à couper ces arbres et de rester modestes dans votre projet de réhabilitation de ce jardin.  

     

    Réponse du Maire: “Les arbres auront le destin qu’ils auront et aujourd’hui il est hors de question de les couper”. Vous comprenez quoi? Pas coupés aujourd’hui mais quid de demain? Moi je suis dubitative devant une telle réponse …

    Post taggé dans ,

Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *