• Conseil Municipal du 20 juillet 2015

    Où la ville vend, encore et toujours, là le local de la supérette de la Capte, plus loin une chênaie à Giens, hélas constructible. On se console avec la vente à l’euro symbolique du marais des Pousset au Conservatoire du Littoral…

    Concession d’Aménagement pour le Renouvellement Urbain du Centre Ville

    VAD communique son compte rendu annuel. Suite à un recentrage de son action sur le centre historique, la ville baisse sa participation de 2 387 818€. Dommage. La somme était inscrite au budget, elle aurait pu permettre davantage de programmes sur un centre ville qui nécessite une véritable réhabilitation.

    Vente du bien situé à la Capte au profit de l’emphytéote Casino: pourquoi vendre?

    Monsieur le Maire, je ne vois pas trop où est l’intérêt de la commune de vendre ce bien au Groupe Casino, dont le bail emphytéotique s’arrête en 2020. La ville va perdre la main sur ce local et sa destination, un commerce de proximité indispensable à la vie de la Capte.

    Vous allez me répondre que la vocation de Casino est de développer des commerces et qu’il n’y a aucune raison que demain le groupe se défasse de cette supérette, qui serait me dit-on en commission, la plus rentable de France. Sans doute est-ce vrai sur le court terme, et même à moyen terme. Nous avons toutes les raisons d’espérer que ce magasin perdurera dans les prochaines années à venir. Mais sur le long terme nous n’en savons rien, nous ne savons pas quel est l’avenir du Groupe Casino ni celui de sa politique commerciale. La logique de la grande distribution n’est pas celle du service public, nous en avons tous les jours la preuve. Les difficultés des éleveurs aujourd’hui, rapportés par les médias, nous rappellent que les équilibres sont fragiles dans une société libérale entre producteurs/distributeurs et consommateurs. La situation des gérants-mandataires du Groupe Casino n’a pas non plus la réputation d’être facile.
    Tout ça pour dire que la commune se défait aujourd’hui d’un bien alors qu’elle pourrait le garder dans son giron afin de s’assurer de la pérennité de la destination de ce local. Et ce dans des conditions financières défavorables pour elle: 963€ le m2 quand la moyenne du prix de l’immobilier à Hyères est de 3500€. Le Groupe Casino fait une excellente affaire.

    Nous avons ici un exemple du dévoiement possible de la délibération qui a été prise le 6 juin 2014, concernant les modalités de vente aux emphytéotes. Dans l’esprit, il s’agissait de permettre aux emphytéotes d’acheter à des conditions convenables l’habitation dont ils avaient l’usage depuis des décennies. Nous étions dans la prise en compte d’un problème humain. J’aurais compris que nous vendions le local aux gérants qui auraient voulu s’assurer ainsi de la pérennité de leur activité. Mais ce n’est pas le cas : ce ne sont pas eux les emphytéotes, c’est le Groupe Casino. Nous ne pouvons donc vendre aujourd’hui qu’au Groupe Casino. Et nous faisons profiter un grand distributeur des mesures que nous avons prises pour accompagner un problème humain.

    J’ai bien pris acte de la déclaration de Mr Carrassan en commission, indiquant que l’objectif de la commune était de se débarrasser de tous les biens concernés par des baux emphytéotiques : je regrette qu’il n’y ait pas davantage de discernement. Cette logique de vendre les biens communaux, que nous constatons à chaque conseil municipal, va à l’encontre de l’intérêt public. Elle devient particulièrement choquante quand elle se fait au bénéfice d’un grand groupe qui aurait les moyens d’acheter au prix réel du marché.

    Je rappellerai le débat que nous avons eu ici lors de la délibération n°2 du 6 juin 2014 et au cours duquel, Mr le Maire, vous avez précisé 2 choses :

    – comme je vous demandais de noter dans la délibération que la Commune se réserve le droit de ne pas vendre pour un motif d’intérêt général, vous avez répondu, je vous cite : « il n’y a jamais dans la délibération « la commune doit vendre, si quelqu’un veut acheter », ce n’est pas mécanique, ce n’est pas automatique », et vous confirmez plus loin : « il n’y a pas obligation pour la commune d’obtempérer ». Nous sommes donc bien d’accord : la commune n’a pas d’obligation à vendre un bien à l’emphytéote, elle choisit de vendre ou pas.

    – 2ème chose : la délibération votée en juin 2014 apportait une modification sur laquelle vous avez attiré notre attention : l’emphytéote en fin de bail pouvait louer normalement le bien au prix du marché. Donc dans 5 ans, en 2020, le Groupe casino pourrait louer ce local, avec un bail commercial par exemple, les murs appartenant à la mairie, le local étant affecté administrativement à l’exercice d’une activité commerciale ou artisanale. Ainsi la ville garderait la main sur le local afin de s’assurer la pérennité de sa destination.

    Ce n’est pas le choix que vous faites aujourd’hui et je le regrette.
    Je voterai donc contre cette délibération.

    Aucune réaction de la part du Maire. Ni de personne d’ailleurs. Je suis la seule à voter contre. La seule à défendre l’intérêt général?… là je me sens vraiment à gauche, et bien seule…

    Vente d’une chênaie située à Giens pour en faire un “hôtel lodge haut de gamme”: réaction violente du Maire!

    Monsieur le Maire, décidément les hôtes lodges haut de gamme ont la cote en ce moment ! Et tout particulièrement sur la presqu’île de Giens !

    Comme ont la cote les ventes de notre patrimoine, à longueur de délibérations. Il fut un temps pas si lointain où vous-même fustigiez cette politique contraire aux intérêts de la ville. Aujourd’hui que vous êtes au pouvoir vous poursuivez la même politique : les cessions vont bon train, qu’elles soient importantes, comme celle de l’ex- CFA, ou plus modeste comme celle d’aujourd’hui. Sans doute éprouvez-vous le besoin de dégager des marges de manœuvre dans un environnement financier de plus en plus contraignant. Mais les comptes de 2014 nous ont démontré qu’avec un excédent de fonctionnement de 10,4 millions, la ville n’était pas aux abois.

    Pour justifier cette vente, vous nous dites qu’il s’agit de répondre à la demande d’une clientèle pratiquant les sports nautiques. Nous serions curieux de voir les courriers, les mails ou les statistiques des appels téléphoniques en la matière. Plus sérieusement, nous sommes dans l’attente de la mise en œuvre de la fiche action n°16 de l’OGS, avec un diagnostic des activités nautiques et des problématiques d’accueil, d’équipement, de stationnement, de conflits d’usage… bref un travail qui n’a pas encore aboutit à ce que nous en savons. Vous mettez donc la charrue avant les Bœufs.

    Ensuite, pour nous séduire sans doute, vous parler d’un projet d’une grande qualité architecturale. Je vous ai demandé par mail, suite à la réunion de la 2ème commission, de bien vouloir nous le communiquer. Vous ne m’avez pas répondu mais vous nous présentez aujourd’hui quelques images. Je vous en remercie.

    Sur cette parcelle que vous voulez vendre il y a tout à craindre que les arbres disparaissent. Car il s’agit d’un petit bois, principalement de chênes, dont les branches basses ne peuvent laisser la place à la moindre construction. Ce projet sur cette parcelle ne se fera pas sans couper les arbres. Et quand ils seront coupés, on pourra faire tous les recours qu’on veut, ils seront coupés.

    Vos services ont voulu me rassurer en me disant que la presqu’île était classée et qu’il n’était donc pas possible de couper les arbres. C’est oublier – mais comment est-ce possible de l’oublier? – que les parties urbanisées de la presqu’île ont été exclues du site classé lors du décret en 2005. La Capte, la Bergerie, et tous les quartiers construits de Giens sont exclus de la protection offerte par le décret de Site Classé.

    Cette parcelle se trouve en zone UG dans le POS, reprise telle quelle dans le projet du PLU. Il n’y a aucune contrainte urbanistique particulière. Le propriétaire fera ce qu’il voudra sur cette parcelle.

    J’observe avec surprise et curiosité que le même bois, qui s’étend chez le voisin, est lui classé, au POS comme au projet de PLU. Mais pas celui de cette parcelle municipale. Allez comprendre pourquoi… si ce n’est que la ville n’a peut-être pas voulu se donner les contraintes qu’elle impose au voisin ? dans la perspective de vendre un jour ce terrain ? …

    Monsieur le Maire, mes chers collègues, vous comprendrez que nous soyons en colère.
    Le processus de l’OGS a débuté et vous faites comme si ça n’existait pas. Vous poursuivez une politique d’urbanisation de la presqu’île sans cohérence, sans respect pour l’environnement.

    Vous bradez une fois de plus le patrimoine des hyérois au bénéfice du privé, alors que ce lieu particulier pourrait bénéficier d’une politique sociale. Sans le dénaturer il pourrait servir de base de loisirs à notre jeunesse. Faites-en une auberge de jeunesse sous la forme d’un camping, nous n’avons aucune structure sur Hyères pour accueillir les jeunes. Ou confiez ce terrain à Amitié Massillon, ils sauront y amener les adolescents des quartiers pour pratiquer la planche à voile.

    Mais arrêtez de croire qu’il n’y a pas de salut hormis le développement d’un tourisme de luxe qui n’est que fantasme. Notre atout à Hyères, c’est l’environnement et nous devons le préserver par une gestion exemplaire. Détruire un bois à Giens pour y construire un hôtel, c’est participer au bétonnage de notre magnifique littoral, et de cela nous n’en voulons pas.

    Nous voterons contre cette délibération.

    Réaction violente du Maire, qui m’a interrompue à plusieurs reprises. Il assure que les arbres ne seront pas coupés. Mais Di Russo, qui avait préparé son intervention, annonce que les arbres coupés seront remplacés… Je relève l’évolution du discours: remous dans la salle du conseil. Le Maire finit pas fustiger un “positionnement idéologique” qui s’apparente au “retour à la bougie”! A défaut d’arguments, on tombe vite dans la caricature triviale…. navrant!

    Mise à jour le 23 septembre 2018:
    Au cours d’une promenade je peux hélas constater que j’avais raison: les bâtiments font 2 étages (hauteur de 9m comme l’autorise le PLU) et des arbres ont été coupés pour permettre l’édification de plusieurs bâtiments. D’autres ont été très abimés. De plus il est annoncé des commerces et une piscine sur le terrain.

    Post taggé dans , ,

Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *