• Conseil municipal du 22 juin 2018

    Contractualisation avec l’Etat, compte administratif 2017, projet immobilier impasse Barbesant, thermographie aérienne, requalification de la rue Victor Hugo au menu de ce conseil.

    Contrat Cahors, ou comment l’Etat met au pas les communes!

    “Monsieur le Maire, je vais m’abstenir sur cette délibération, ma position sur cette contractualisation avec l’Etat étant une position de principe.

    Cette contractualisation est à mon sens une remise en cause inédite de l’autonomie et de la libre administration des collectivités territoriales.

    Elle est aussi particulièrement injuste : les collectivités ne contribuent que pour 9% à la dette publique.

    Au premier abord, la méthode aurait pu paraitre séduisante après des années de baisse des dotations. Mais un contrat par définition doit être équilibré et librement consenti : ici nous n’avons pas la liberté de ne pas signer ce contrat, nous exposant à de sérieuses pénalités.

    In fine, si la méthode est moins brutale qu’une baisse des dotations, elle n’en est que plus insidieuse. Par sa complexité technique extrême et sa logique purement comptable (qui plus est imparfaite), elle aspire mettre au pas le projet des collectivités locales, à rebours de plus de 3 décennies de décentralisation.

    Vous comprendrez donc que je ne puisse pas approuver cette contractualisation.”

    Compte administratif 2017

    Intervention de William Seemuller – lien à venir

    Vente de terrain à la LOGIREM pour un programme immobilier social dans le parc au rond point Petit

    Finalement ce sera 2884m2 de surface habitable sur un terrain de 4766m2, avec 50 logements de prévus (au lieu de 61 car le parking ne peut se faire en sous-sol pour cause d’inondabilité). Cette délibération a été l’occasion de redire notre opposition à cette caricature en terme de logement social, exposant les habitants au bruit et à la pollution de l’air de l’avenue Ritondale au niveau du rond point Petit. Non seulement cet immeuble de 15m de haut ne s’intègrera pas car le quartier est pavillonnaire, mais il est important de garder ce parc en l’état, comme poumon vert dans un environnement pollué.

    Que nenni a répondu le Maire, l’environnement est particulièrement agréable! Il voulait peut-être parler de la vue sur le rond point qui vient d’être requalifié, par les bons soins de la ville (conception et réalisation) et pour lequel il a fait le choix aberrant de renoncer à la technique des jardins économes en eau, pourtant éprouvée sur la voie Ritondale. Parce qu’il voulait des fleurs, représentatives de l’économie hyéroise. Donc de l’herbe et de l’eau pour arroser le tout. Bel exemple de politique environnementale!

    Thermographie aérienne: une campagne de clichés a été faite par TPM en 2017. Mais les résultats ne seront pas mis en ligne, comme l’exige une convention entre la ville et TPM!

    “Monsieur le Maire, chers collègues, je vous engage vivement à refuser de signer cette convention telle qu’elle est proposée par TPM, c’est-à-dire en limitant fortement l’accès du public à ces données par une interdiction de les mettre en ligne.

    La thermographie aérienne s’inscrit dans une démarche de sensibilisation aux nécessaires économies d’énergie, elle donne des indications, par des mesures de luminance, sur les déperditions énergétiques des toitures des bâtiments.
    C’est un outil à la fois pour les collectivités afin d’élaborer leur PCET (Plan Climat Energie Territorial) mais aussi pour les particuliers grâce à une politique de communication et de sensibilisation.

    Cette démarche est utilisée depuis la fin des années 2000 par de nombreuses villes et on a aujourd’hui un retour d’expérience qui permet d’affirmer qu’il existe un intérêt marqué et un impact notable auprès du grand public du point de vue de la sensibilisation. D’ailleurs la majorité des villes met les données en ligne sur leur site afin que les particuliers y aient directement accès.

    Bien sûr ces clichés sont à interpréter avec précaution, ils ne peuvent faire office de bilan énergétique, ils sont d’ailleurs toujours accompagnés, sur les sites des municipalités, d’un commentaire expliquant les limites de l’exercice.

    Alors pourquoi  MTPM refuse-t-elle la mise en ligne des clichés ?
    Pour deux raisons énoncées dans la convention :
    – d’abord l’interprétation des données est trop technique, elle nécessite l’accompagnement d’un expert.
    J’en conclue que la population de MTPM est plus bête que la moyenne, puisque la plupart des villes met les données à la disposition directe des citoyens
    – ensuite les professionnels pourraient s’emparer de ces données afin de démarcher le public.
    J’en conclue que les professionnels de MTPM sont plus malhonnêtes que la moyenne en France

    Mais moi je parie au contraire sur l’intelligence citoyenne, que ce soit celle des particuliers ou des professionnels, et je ne peux me satisfaire de cette limitation à la diffusion des données, avec des contraintes telles que les équipes d’OPAH et celles du guichet unique seront les interlocuteurs exclusifs de la démarche, que la commune devra rendre des comptes sur tous les traitements qu’elle envisagera de faire des données, MTPM se réservant le droit d’émettre des restrictions d’usage.

    Si la vocation première de cette convention de mise à disposition des données de la thermographie est la sensibilisation, alors ne passons pas à côté en limitant l’accès à ces données. Certes la convention prévoit que la commune « s’engage à mettre en place un moyen de diffusion adapté pour que les particuliers puissent bénéficier d’une lecture appropriée des images », je n’ai pas eu  en commission d’information sur ce que vous avez prévu de mettre en place. Aujourd’hui le citoyen hyérois est renvoyé sur l’espace info énergie à Toulon pour tout ce qui concerne les économies d’énergie. Comment espérer toucher le plus grand nombre de personnes possibles si les hyérois sont renvoyés sur Toulon ? Alors qu’avec une information donnée dans le journal municipal et une mise à disposition sur le site de la mairie, un maximum de hyérois aurait accès aux données en deux clics?
    Pourquoi se priver d’un tel outil, sauf à se désintéresser de la problématique des économies d’énergie liées à l’habitat ?

    La ville de Marseille met ces données en ligne. Nice également. Mais nous, à Hyères, parce que Toulon l’a décidé, nous allons nous engager à ne pas le faire. Chers collègues, je vous le demande, ne permettez pas que soit signé cette convention en l’état, il faut que TPM revoir sa copie !

    (Quelques villes qui ont mis les clichés en ligne, directement accessible à tout un chacun : Bordeaux, Colmar, Dunkerque, Nîmes, Montpellier, le Havre, Paris … liste non exhaustive)”

    Soucieux de montrer leur attachement à une politique d’économie d’énergie efficace, tous les conseillers municipaux, sauf notre groupe bien sûr, ont approuvé la signature de la convention avec TPM. Désolant!

    Requalification de la rue Victor Hugo

    Cette délibération fut l’occasion d’un accrochage violent avec le Maire, traitant mes propos de populistes… Je vous laisse juge:
    La rue Victor Hugo fait partie du patrimoine urbain que nous a légué A. Godillot. Secteur protégé par la ZPPAUP, comme par la future AVAP, il est important que la requalification respecte l’esprit du lieu. Pourtant les informations que j’ai eu en commission ne semblent pas aller dans ce sens. J’ai donc interpellé le maire en lui rappelant les contraintes fortes (et légitimes) que l’on fait peser  sur les particuliers dans le cadre de la ZPPAUP comme de la future AVAP (matériaux, techniques…), disant que la commune ne pouvait s’affranchir de ces mêmes contraintes.
    Tempête verbale et invectives, appel à l’omniscience de l’architecte des Bâtiments de France, notre Maire a eu un coup de sang et a déclaré que je serai au fait de la requalification… le jour de l’inauguration. Voici une belle démonstration de transparence!

    La rue Victor Hugo, après avoir subi les travaux sur les trottoirs et avant requalification (cliquer pour agrandir l’image). A suivre…

     

    Voir aussi la question orale posée au Maire au sujet des coupes d’arbres à la Levée du ceinturon.

     


Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *