• Conseil municipal du 24 fév. 2017

    Où on parle de développement durable, du bilan carbone, du Contrat de Baie des Iles d’Or et des Orientations Budgétaires. Avec un coup de gueule contre le Conseil Régional…

    Rapport sur la situation en matière de Développement Durable

    En nov. 2015 mon intervention sur le même sujet avait été particulièrement difficile (ici) car sans cesse interrompue par des invectives. Je n’ai pas souffert pour rien… 🙂 En préambule F. Carrassan a fait un long discours poétique sur le développement durable et a conclu en disant que mes remarques avaient été prises en compte pour l’élaboration du rapport. Petite satisfaction personnelle.

    Monsieur le Maire,

    Merci à Mr Carrassan pour son merveilleux discours. Merci aussi pour avoir évoqué mon travail et la prise en compte de mes remarques.

    Mais on va revenir à des choses plus concrètes, au-delà des grands discours, non plus sur la forme du rapport mais sur le contenu, parce que nous restons dans le statut quo quand on se réfère à l’évolution des indicateurs.

    Pour faire court, quelles sont les principales thématiques sur lesquelles il faut agir pour un développement durable ? Il s’agit de l’air, de l’eau, des sols, des déchets, de l’énergie et de la biodiversité.

    C’est bien de permettre sur le site de la mairie de connaitre la qualité de l’air. C’est bien aussi de mettre des panneaux à l’entrée de Giens pour connaitre le nombre de places de parking disponibles – sans pour autant que cela signifie que les automobilistes renonceront à tenter leur chance, soyons-en conscients-. Mais c’est mieux d’agir sur les facteurs de pollutions. Or nous ne voyons rien sur un plan de circulation des modes doux en centre-ville, même la commission d’enquête pour le PLU a relevé le hiatus entre les intentions du PADD concernant les déplacements et les déclinaisons opérationnelles dans le PLU.

    Il n’y a d’ailleurs rien dans le rapport DD sur la préservation de la qualité de l’air, pourtant liée au changement climatique avec les émissions de CO2.

    Le bilan carbone 2015 corrobore cette analyse : entre 2012 et 2015 les émissions de gaz à effet de serre de la commune sont stables, nous n’avons fait aucun progrès en la matière.

    L’eau ?
    La consommation d’eau diminue, aussi bien dans la sphère publique que privée, et c’est une excellente chose, mais il faut aussi préserver la qualité de la ressource. L’objectif 0 phyto dans lequel est engagé la ville est une démarche que nous saluons de même que les démarches engagées pour l’obtention du label Ports Propres. Nous attendons d’ailleurs beaucoup du Contrat de Baie et nous serons vigilants sur les engagements de la ville et le calendrier annoncé.
    Mais envisager la création d’un golf prévue au PLU est complètement contradictoire avec l’économie et la préservation de la ressource.
    Les sols ?
    Nous vous avons exprimé notre désaccord avec la consommation de terres à haute valeur agronomique dans le PLU. Et nous avons déplorés l’absence de projet de soutien à l’agriculture maraîchère afin de favoriser les circuits courts de même que l’absence de création de ZAP sur la commune. Pour exemple, en 2014, la Ville d’Albi s’est fixée l’objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire à l’horizon 2020. Avec 50000hab, cette ville comparable à la nôtre, mais moins avantagée car possédant moins de territoire, cette ville nous montre la voie. Serions-nous moins malins que les albigeois ? Sûrement pas !
    Pour ne pas être seulement négatifs, nous avons cependant noté avec satisfaction l’augmentation de 19ha de surfaces cultivées en bio. Ça va dans le bon sens.

    Les déchets ?
    Vous connaissez notre opinion sur le sujet : non seulement nous avons beaucoup de retard sur le tri, mais en plus nos performances baissent. Et pour le moment la centrale verte évoquée dans les différents rapports (mais même pas dans celui-là !), c’est l’Arlésienne !

    L’énergie ?
    Le bilan est tristement creux, avec aucune nouvelle installation de panneaux solaires sur les bâtiments publics (62m2 depuis 2013), une consommation électrique en augmentation, de même que celle des combustibles, et toujours aucun projet en ce qui concerne le chauffage dispendieux de la piscine.

    Enfin la biodiversité :
    Bravo pour les actions avec la LPO à la Lieurette, mais en ce qui concerne la trame verte et bleue, le projet de golf (encore lui !) se situe au cœur du réseau Jaune Vert Bleu du SCOT et aura forcément un impact sur la continuité écologique du secteur.

    Voilà Monsieur le Maire la lecture que nous faisons de ce rapport sur la situation en matière de développement durable. Notre appréciation est : quelques rares progrès, pourrait beaucoup mieux faire.

    Je finirai juste sur une chose qui a attiré mon attention dans le rapport: « l’économie circulaire ». La définition donnée par Mr Carrassan a oublié un élément important.

    Oui l’économie circulaire a pour vocation de réduire notre impact sur l’environnement : être économe en consommation des ressources naturelles et des matières premières, prévenir la production des déchets, réutiliser, recycler, valoriser. En clair, et en simplifiant : on donne une seconde vie à nos déchets. Mais c’est aussi faire en sorte que les déchets des uns deviennent les ressources des autres. Il s’agit de permettre aux entreprises de se mettre en réseau afin de créer une synergie. On parle de “Troisième révolution industrielle”. Nous en sommes très loin à Hyères…
    Plus modestement à notre échelle, on pourrait créer des ressourceries où les objets sont réparés pour une nouvelle vie. C’est facile, ça participe de l’économie sociale et solidaire et ça fait du bien à la planète.

    Bilan carbone, données 2015

    Monsieur le Maire,

    L’exercice du bilan carbone est délicat et plein d’approximations, comme le montrent les pourcentages d’incertitudes.
    Nous retiendrons simplement, comme je l’ai signalé tout à l’heure, qu’entre 2012 et 2015 les émissions de gaz à effet de serre de la commune sont stables, nous n’avons fait aucun progrès en la matière !
    Pour agir sur les déplacements des agents, nous avons hélas mis en évidence les insuffisances du PDU qui selon nous n’est pas à la hauteur des enjeux ; on ne peut donc espérer des changements notables sur ce poste ; quant à baisser les consommations de chauffage, il est plus que temps de prendre à bras le corps le problème de la piscine municipale, si gourmande en énergie.
    Le chauffage de cette piscine est une aberration économique et écologique et il apparait clairement que ce n’est pas sous ce mandat que les choses seront améliorées.

    J’attendais avec curiosité ce rapport pour mesurer l’impact de la délocalisation de la confection des repas des cantines à Marseille, mais me voilà déçue : le bilan carbone du transport des repas apparaitra dans les rapports du délégataire, mais ces déplacements ne sont pas pris en compte dans les calculs de la commune. Une façon de se voiler la face sur un choix peu judicieux que nous déplorerons encore et toujours, tellement il est aberrant de faire venir les repas de Marseille.

    Voilà, je vous donne RV en 2018 pour le bilan carbone suivant, il y a fort à parier que nous en seront toujours au même point. 

    En réponse le Maire a indiqué qu’une étude aller concerner la piscine, sans toutefois préciser si la volonté était “d’écologiser” le chauffage. Cela frémit donc de ce côté…

    Contrat de Baie des Iles d’Or

    Monsieur le Maire,

    Nous sommes très satisfaits que ce contrat soit enfin finalisé. La protection de la ressource en eau est un enjeu majeur pour les années à venir, de même que la lutte contre les inondations.

    Nous saluons tout d’abord toutes les opérations autour de la labellisation « Port Propre » qui concerne tous les ports gérés par la commune. Mais nous regrettons que les ports gérés par le Syndicat Mixte Ports Toulon Provence (Tour Fondue – Porquerolles – le Levant – la Madrague) ne soient pas engagés dans la même démarche. Ce qui pose tout de même un problème de cohérence sur notre territoire. J’en profite pour souligner que les actions prévues par la Chambre de Commerce et d’Industries, concernant le Port du Niel, n’ont pas d’année d’engagement.

    Nous sommes aussi ravis d’apprendre que la commune va acquérir le terrain de l’ancienne décharge et procéder à une étude diagnostique des pollutions générées. Si vous réalisez ceci dans ce mandat, ce sera une véritable avancée écologique.

    Enfin nous nous félicitons de la restauration des zones humides au Palyvestre.

    Nous avons tout de même quelques critiques mais elles ne concernent pas la ville directement :

    – nous trouvons un peu léger le travail de la chambre d’agriculture, consistant à l’animation de groupes de travail, spécifiques à l’horticulture et à la viticulture. Cela ne peut être qu’un préalable mais il faut ensuite qu’il y ait des engagements sur l’utilisation des produits phytosanitaires et des engrais.

    – de même la chambre des métiers et de l’artisanat ne s’engage que sur le recensement et la cartographie des entreprises à caractère industriel. C’est aussi un préalable, mais rien n’est prévu par la suite pour étudier les pollutions potentielles générées et y remédier si besoin était.

    Je terminerai par une remarque :
    Sur le bassin de rétention prévu au Plan du Pont, seule la commune d’Hyères parait engagée. Pourquoi n’a-t-on pas obtenu une participation du Syndicat Mixte du bassin versant du Gapeau?

    Rapport sur les orientations budgétaires 2017:

    Voir l’intervention de William Seemuller.

    Appel à projet auprès du “fond de soutien aux forces de sécurité” lancé par le Conseil Régional

    Monsieur le Maire,

    Je vais voter contre cette délibération.

    Non pas que je m’oppose à l’achat d’équipements pour la police municipale, j’y suis à priori favorable. En ce qui concerne la vidéo-protection, vous connaissez ma position.

    Non, simplement je dénonce la politique du conseil régional, qui n’a d’ailleurs pas la compétence de la sécurité, malgré le libellé de cette délibération. Un budget de 250 millions d’euros pour une compétence qui n’est pas la sienne, je trouve cela excessif, pour ne pas dire scandaleux. Surtout que dans le même temps le conseil régional a remis en question les politiques de solidarité et a baissé voire supprimé des budgets pour la transition énergétique.

    Il n’est donc pas question pour moi de cautionner cet égarement du conseil régional.


Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *