• NON au centre commercial de La Londe au Pin-Neuf

    Question orale posée au maire lors du conseil municipal du 18 sept 2015

    Monsieur le Maire,

    La commune de La Londe prévoit l’aménagement d’un centre commercial en bordure de la RD 98, au nord des vieux Salins. Il s’agit un ensemble commercial sur un terrain de 2,7ha, d’une surface totale de vente de 8.555 m2, principalement destinée à l’alimentaire et autres commerces de détail.

    Cela ne peut pas concerner seulement la commune de La Londe, cela va aussi nous concerner directement parce que nos territoires sont proches et que l’aménagement de cette zone entre nos communes va nous impacter inévitablement.

    Quand nous avons refusé une nouvelle zone commerciale au Roubaud qui aurait menacé les commerces du centre-ville, nous voici face à un projet similaire qui aura les mêmes conséquences.

    D’ailleurs le Document d’Orientation Générale du SCOTT indique que le Pin Neuf – Pin Vieux à La Londe les Maures, est un site en mutation d’intérêt intercommunal et qu’en tant que tel sa valorisation et son organisation doit être pensé à l’échelle des communes environnantes.
    Monsieur le Maire, notre commune a-t-elle été consultée sur ce projet ?

    Il est à noter que la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) avait émis un avis défavorable en mai 2015: en effet, outre le fait que ce site à un intérêt inter-communal, il est également soumis à des critères de qualité qui ne semble pas être remplis : le projet va occasionner une très nette augmentation des flux de véhicules sur une voie communale et de transit important, l’accès par un transport en commun n’est pas prévu, ni les pistes cyclables pour y accéder. En outre l’extension de cette urbanisation n’est pas en continuité avec l’existant et ne peut être considéré comme un nouveau hameau intégré à l’environnement. C’est un vaste centre commercial qui a lui seul va déterminer l’identité du lieu, à deux pas du site classé des Salins. La loi Littoral n’est ici pas prise en compte.

    Enfin, cerise sur le gâteau, la zone de chalandise du projet indique bien qu’elle comprend notamment la ville de Hyères, qualifié de « principal grand pôle commercial de chalandise ». On ne saurait être plus clair : le projet prévoit une fréquentation de 65% de hyérois contre 11% de londais. Ce centre commercial, va siphonner les consommateurs hyérois, ni plus ni moins. La DDTM pointe bien que l’impact de ce centre sera une évasion commerciale mettant en cause la pérennité des commerces du centre-ville.

    Pourtant la commission départementale d’aménagement commercial du Var, où sont représentés les maires du Var ainsi que les intercommunalités, a voté pour ce projet a 10 voix contre une celle de LPO, en juin 2015. Il semblerait que nous n’ayons pas que des amis qui nous veulent du bien, pour approuver un tel projet.

    En vrac des arguments qui auraient dû être pris en compte

    – le site est inscrit dans la zone bleue de l’atlas des zones inondables (AZI), or le nombre de stationnement prévus, très largement supérieur à celui fixé par le PLU, va étendre l’imperméabilisation des sols au-delà des surfaces nécessaires. Au regard de son exposition dans le bassin versant, le choix d’étendre l’urbanisation ne parait pas judicieux.

    – aucune précision sur l’insertion paysagère, quand le centre commercial est contigu à un site remarquable

    – le projet est quasi-exclusivement accessible par véhicule. Quand les communes sont en train de travailler sur le PCAET, quand la COP21 demande l’effort de tous, c’est d’un cynisme sans nom.

    Nous sommes ici en face d’une conception de l’urbanisme qui est dépassée car elle ne prend pas en compte les défis d’aujourd’hui : lutter contre le réchauffement climatique, prévenir les risques, préserver une qualité de vie. Le Var voit les centres commerciaux poursuivre leur extension à un rythme régulier. Chaque ville veut rivaliser avec les voisines, faute de savoir inventer une autre forme d’urbanisme commercial.

    Monsieur la Maire, il nous faut nous opposer fermement à ce projet. Nous vous demandons solennellement de faire prendre par le conseil municipal une position claire afin de dire non à ce que nous considérons comme un projet néfaste. Ce pourrait être une motion que je suis sûre nous voterions à l’unanimité. Puis il nous faut intenter un recours. Une association l’a fait, nous devons le faire aussi.

    Réponse: Le Maire va tout à fait dans mon sens, il engage le conseil municipal à rédiger un texte de protestation, idée acceptée à l’unanimité. Cela prendra la forme d’une motion? d’un courrier au Préfet? A suivre…

    Pas inutile les questions, quand le Maire s’est plaint en début de conseil de l’inflation du nombre de questions, n’est-ce pas Mr Giran? 😉

    Post taggé dans

Vous pouvez partager ce que vous venez de lire :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *